Archive pour mai 2009




LES ENFANTS DE LA LUNE

 « Il était une fois, un enfant qui n’était pas gai. Il ny’ avait pas beaucoup de soleil où il habitait  »

Opéra de la Lune (Jacques Prévert, 1953)

J’ai assisté dimanche à l’Opéra de la Lune, texte de prévert chanté par un Choeur de 25 femmes et 10 enfants, au bénéfice de l’Association « Enfants de la Lune« . Outre la beauté du spectacle, cette représentation était l’occasion de parler de Xeroderma Pigmentosum,  maladie génétique rare liée à une hypersensibilité aux rayons UV, qui se caractérise par une altération de la peau exposée  au soleil, lésions qui peuvent dégénérer en cancer cutané.

Cette maladie touche 1 enfant sur 1.000.000 en Europe et aux Etats-Unis  et 1 sur 100.000 au Japon, au Maghreb ou au Moyen-Orient. En France, le nombre de malades est estimé entre 30 et 50, la plupart étant d’origine maghrébine. 

A ce jour, malgré les avancées de la recherche, il n’existe aucun traitement…L »évolution de la maladie n’est freinée que par la réduction  maximale de l’exposition à la lumière du jour et la lumière artificielle… Des enfants privés de soleil….

L’association « les enfants de la Lune » a été créée par les parents de 2 enfants atteints de XP et oeuvre pour faire connaitre cette maladie, soutenir les familles, rencontrer les médecins et organismes spécialisés, organiser des camps d’été pour les enfants où les activités  de plein air sont nocturnes.

Add a comment 19 mai 2009

Sevrage Amoureux….

 Sevrage

n.m. sevrage

1.    Action de sevrer un enfant, un animal; fait d’être sevré.

2.    Arrêt progressif ou immédiat de la consommation d’une substance toxique dont le sujet est dépendant.

On parle le plus souvent du sevrage tabagique ou alcoolique, mais rarement du sevrage amoureux….

Et pourtant, les émotions agiraient de la même façon que les drogues en poussant notre cerveau à sécréter des substances dont certaines sont actives sur les centres du plaisir, et d’autres sur ceux de la douleur.

Il a été démontré que lorsque nous tombons amoureux, la phényléthylamine (PAE) libérée par le cerveau agit comme une amphétamine naturelle (d’où l’effet euphorisant des « débuts » …)

Pendant la phase d’attachement, le cerveau commence à produire d’autres hormones, les endorphines (qui apportent ce sentiment de bien-être et de bonheur, car agissant comme l’opium, d’où l ‘effet « je plaaaaane »).

A la suite d’une rupture,  la sécrétion des endorphines baisse… et peut s’accompagner de signes observés lors d’un sevrage brutal des opiacés (manque d’appétit, irritabilité, fatigues nerveuse, musculaire et/ou physique, insomnie….)

Cependant, les Neurosciences n’expliquent pas tout…. Car s’il est possible d’augmenter la sécrétion des endorphines par la pratique régulière de sport, reste que le travail de deuil qui suit une rupture est fait de plusieurs étapes (colère, tristesse, résignation…) parfois douloureuses, qu’il faut apprendre à franchir avant de retrouver le sourire….

luciz

3 commentaires 13 mai 2009

Articles récents

Blog Food

Blog Maroc

BLOG PHOTO

Déco/brico

presse

Archives

mai 2009
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031